A LA UNEACTUALITESSOCIETE

«Nous sommes 73 médecins jetés dans la rue et qui se tournent les pouces à longueur de journée alors que les patients ont besoin de nous»Dr Assane Diouf,

«Nous sommes 73 médecins jetés dans la rue et qui se tournent les pouces à longueur de journée alors que les patients ont besoin de nous»Dr Assane Diouf, Pr de l’Association des médecins internes et anciens internes des hôpitaux SNG

Pire, signale Dr Diouf, il est demandé aux médecins internes de se loger à leurs propres frais alors que l’hôpital Le Dantec leur doit quatre mois d’indemnités pour la garde et un, pour le logement. «Tout le monde sait que c’est très difficile de trouver un logement à Dakar dans un délai court. Pis, les prix sont exorbitants et les bailleurs demandent trois à quatre mois de caution», pointe le président de l’Association des médecins internes.
La situation est plus compliquée pour les ressortissants de pays étrangers. «Ils n’ont pas de quoi manger, ni de logement», déplore Dr Assane Diouf. Qui signale : «A l’hôpital Fann, il n’y a qu’un seul bâtiment pour loger les internes. D’ailleurs, il est dans un état de délabrement très avancé.»

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page