A LA UNEACTUALITESPOLITIQUE

Législatives 2022 : Macky réduit ses alliés de Benno à leur plus simple expression

11 investis pour le Ps, 5 pour l’Afp, 4 pour Rewmi dont aucun sur la liste nationale… Macky Sall a considérablement réduit le quota de ses alliés. Quant aux responsables de l’Apr, des perdants aux élections locales ont eu une seconde chance.

A l’instar des autres coalitions, Benno bokk yaakaar a livré ses secrets avec la publication des listes provisoires par le ministère de l’Intérieur. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les alliés ne sont pas bien servis. Rappel historique : le Parti socialiste est passé de 20 députés en 2012 à 15 en 2017. En 2022, il n’est pas sûr que l’ancien parti unique garde ce quota. Aujourd’hui, ils ne sont que 4 sur la Nationale, en l’occurrence Aïda Sow Diawara (3ème), Cheikh Seck (22ème), Yéya Diallo (25ème) et Mame Bounama Sall (40ème). 

A Dakar par contre, 4 Socialistes prennent place sur la liste départementale. Il s’agit de Alioune Ndoye, Bamba Fall, Juliette Zingan et Jean-Baptiste Diouf.  A Nioro, Aly Mané est investi tandis que le porte-parole du parti et député sortant, Abdoulaye Wilane, occupe l’un des sièges des suppléants à Kaffrine où la liste est dirigée par le ministre Abdoulaye Sow.  A Mbour, ex-bastion socialiste, la responsable Yacine Ndao fait partie des 4 investis d’une liste où trône Me Oumar Youm. Au finish, le Ps n’a que 11 investis et au regard de la position de Mame Bounana Sall, il n’est pas sûr que tout ce petit monde soit élu.

A Rewmi, il était attendu que Idrissa Seck redescende sur le terrain après la déconvenue infligée à ses candidats lors des élections locales. S’il a zappé Yankhoba Diattara de la coordination de Rewmi dans la Cité du rail, Idrissa Seck n’a pu trouver un homme d’une grande envergure dans son fief pour diriger la liste. Comme la nature a horreur du vide, Macky Sall a investi, presque à la surprise générale, Augustin Tine. C’est simple : aucun responsable de Rewmi n’est investi sur la liste nationale de Benno. Le parti de Idrissa Seck compte cependant 4 investis, tous à Thiès, dont 2 chez les titulaires de la liste départementale. Directeur de Cabinet politique du président de la République, le maire de Fandène depuis 2014, n’était pas le favori à Thiès. Abdou Mbow, toujours investi sur la liste nationale, était hors course. Siré Dia, actuel président du Conseil départemental de Thiès, était pressenti, surtout après sa victoire face à Manko taxawu Senegaal de Idrissa Seck en 2017, avec un écart de 28 000 voix.

Deuxième chance pour Assome Diatta et Papa Mademba Bitèye

A l’Alliance des forces de progrès (Afp), la retraite de Moustapha Niasse devrait impacter sur le quota. Pour voir les traces de l’Afp sur la liste nationale, il faut aller à la 19ème place, en la personne de Aminata Dia. La 24ème place est occupée par Dr Malick Diop, porte-parole du parti. L’ancien maire de Pikine, le député Pape Sagna Mbaye, figure sur la liste départementale, tandis que Ndèye Oumy Ndiaye est suppléante de Juliette Zingan sur la liste de Dakar. A Thiès, une responsable progressiste est aussi sur la liste de Benno, chiffrant à 5 le nombre de candidats du parti. A rappeler que les Progressistes comptaient 6 députés dans la Législature sortante. Pour le reste, les alliés historiques gardent leur siège. Nicolas Ndiaye, 12ème, patron de la Ligue démocratique (Ld) et Ndèye Lucie Cissé, 11ème et présidente nationale des femmes du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), seront probablement députés.

Par ailleurs, Macky Sall a armé ses hommes. Ejecté sans ménagement du gouvernement du 1er novembre 2020, Me Oumar Youm dirige la liste à Mbour, alors que Cheikh Issa Sall avait remporté avec brio la mairie le 23 janvier dernier. Macky Sall a aussi donné une seconde chance aux perdants des élections locales. Papa Mademba Bitèye, Directeur général de la Senelec, conduit la liste de Benno à Kaolack, alors qu’il avait échoué à conquérir le Conseil départemental il y a 3 mois. Avec Mariama Sarr investie sur la Nationale tout comme Adji Mergane Kanouté, Macky Sall n’avait pas mille et une solutions dans la capitale du Saloum. A Keur Massar, Assome Aminata Diatta, sèchement battue dans sa conquête de la mairie, a de nouveau la confiance du Président Sall pour rafler les deux députés du département. A Guédiawaye, Aliou Sall, certainement occupé par son mouvement Renfort, a cédé la confrontation avec le maire Ahmed Aïdara à la ministre de la Jeunesse, Néné Fatoumata Tall.

A Linguère, Aly Ngouille Ndiaye poursuit son retour en grâce auprès de Macky Sall en prenant les rênes de la liste départementale. Par contre, à Kolda, il n’y aura ni Mame Boye Diao ni Moussa Baldé, car Benno aura comme capitaine l’enseignant Idrissa Baldé. A Tambacounda, il n’y aura ni le ministre Sidiki Kaba ni le député Mame Balla Lô, maire sortant. La liste départementale de Bby sera dirigée par l’ingénieur Bilaly Bâ. A Podor, Abdoulaye Daouda Diallo gagne sa bataille à distance contre Cheikh Oumar Hann, qui avait pourtant remporté haut la main le département en 2017. Dans le Nord, Mansour Faye sera le patron de la coalition, tandis que dans le Sud, la secrétaire d’Etat Victorine Ndèye devrait en découdre avec Guy Marius Sagna de Yewwi askan wi. A Diourbel, le maire Malick Fall, réélu sous la bannière de Wallu, sera aux manettes pour Bby tandis qu’à Rufisque, Ndiagne Diop, rival historique de Oumar Guèye et maire de Bambilor, va piloter le département. La liste de Benno, conduite par Aminata Touré, sera chargée de donner une confortable avance au Président Macky Sall. Pour ne pas menacer les fondements du régime en place.

Les Socialistes en conclave

Pour s’expliquer sur les investitures, Aminata Mbengue Ndiaye Ndiaye a convoqué demain une réunion du Secrétariat exécutif national à 16h à la Maison du parti socialiste. Une réunion du Bureau politique sera aussi organisée samedi prochain. Ça risque de chauffer parce que les Socialistes regrettent Ousmane Tanor Dieng, connu pour ses talents de négociation quand le Ps devait obtenir des quotas. En clair: les frustrés vont demander des comptes à Aminata Mbengue Ndiaye, de plus en plus fragilisée après les élections locales lors desquelles beaucoup de responsables ont joué les seconds rôles en faveur de l’Apr.PartagerFacebookTwitterPinterestLinkedInWhatsApp

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page