A LA UNEACTUALITESRELIGION

Fête de l’Ascension : une invitation à témoigner la bonne nouvelle de Jésus

Les chrétiens du monde entier célèbrent, ce jeudi 26 mai, l’Ascension. Cette fête commémore la montée de Jésus vers le ciel. Cet événement survient quarante jours après la résurrection du Christ, Pâques.

Les adeptes du Christianisme fêtent un des temps forts de la vie de l’Église avec le mystère de l’Ascension. Selon l’abbé Georges Tine, vicaire à la paroisse Sainte Croix de Bambey, cet événement consolide l’espérance en la promesse de l’Esprit Saint attendu le jour de la Pentecôte.

« L’Ascension doit être source de joie, de motivation et de dynamisme et par-dessus tout de fidélité dans le témoignage » pour tous les croyants, explique le vicaire. C’est ainsi que l’abbé Georges appelle ses frères et sœurs en Christ à comprendre le message d’inquiétude des anges à l’endroit des apôtres en disant : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

D’après l’abbé Georges cette fête renvoie les chrétiens vers la réalité de tous jours. Elle sonne comme une invitation à témoigner de Jésus Christ « jusqu’aux extrémités de la Terre » pour faire des disciples.

L’abbé Georges invite tout fidèle à ne pas se limiter à la contemplation de « notre patrie définitive », le Ciel mais à « accomplir fidèlement ses devoirs, dans la diversité de ses dons ».

« Rien n’est acquis sans croix, sans engagement, sans fatigue », martèle le vicaire. Il recommande à se détourner de la facilité qui gagne de plus en plus du terrain dans notre pays comme en témoigne la récurrence des agressions. À en croire l’abbé Georges, chez un chrétien, la fidélité à Jésus Christ se mesure par l’accomplissement de ses devoirs. Il demande à chacun d’apporter sa pierre à l’édification de la communauté, pour que, par lui, grandisse le règne du Dieu d’amour et de justice.

« Cette mission s’accomplie en présence de Jésus qui est là jusqu’à la fin des temps », conclut l’abbé Georges Tine.

Onass MENDY (stagiaire)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page